Démence vasculaire

Sommaire

La démence vasculaire est une forme fréquente de démence au même titre que la maladie d'Alzheimer, la démence à corps de Lewy et la démence fronto-temporale.

Elle peut entraîner des symptômes proches de ceux de la maladie d'Alzheimer.

Démence vasculaire : pas une maladie neurodégénérative

La démence vasculaire est la deuxième cause de démence après la maladie d'Alzheimer dans les pays occidentaux.

Comme son nom l'indique, la démence vasculaire est causée par des lésions du cerveau d'origine vasculaires.

En fait, ces démences sont liées à la survenue d'un accident vasculaire cérébral (AVC), c'est-à-dire :

  • au blocage de la circulation sanguine dans un vaisseau du cerveau (ischémie cérébrale) ;
  • ou à une hémorragie.

Ces deux types d'AVC peuvent induire des lésions des cellules nerveuses du cerveau et une démence.

Il est fréquent que ces lésions vasculaires coexistent avec les lésions dégénératives caractéristiques de la maladie d'Alzheimer : le diagnostic de démence vasculaire n'est donc pas facile.

Facteurs de risque de la démence vasculaire

Les principaux facteurs de risque d'AVC et donc de démence vasculaire sont :

  • l'hypertension artérielle ;
  • l'âge ;
  • le sexe masculin ;
  • le diabète ;
  • le tabac ;
  • une cirrhose (+ 24 %).

Les personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral ont 4 à 10 fois plus de risque de souffrir de démence vasculaire que les personnes du même âge n'ayant pas eu d'AVC.

Bon à savoir : selon certaines études, la consommation prolongée et/ou répétée d'inhibiteurs de la pompe à proton augmenterait de 44 % le risque de démence et d’Alzheimer.

Démence vasculaire : des traitements préventifs seulement

Aucun traitement, autre que le traitement préventif, n'existe pour traiter les démences vasculaires. En effet, une fois que les neurones ont été endommagés par l'AVC, il n'est pas possible de faire machine arrière.

Le traitement préventif consiste surtout à diminuer le risque cardiovasculaire, notamment :

  • en arrêtant de fumer ;
  • en suivant un traitement strict en cas de diabète ou de maladie cardiaque ;
  • et en obtenant un contrôle de la tension artérielle en cas d'hypertension : une réduction de l'hypertension permet de réduire d'environ 40 % le risque d'AVC et d'environ 50 % le risque de démence ; en ciblant une pression artérielle systolique à 120 mmHg, le volume des lésions de la substance blanche augmente moins rapidement tandis que la réduction du volume cérébral total est moindre.

Bon à savoir : l’extrait normalisé de feuilles de ginkgo biloba (EGb 761) est intéressant à un double titre : d'une part il agit sur la circulation sanguine et il aide à prévenir la formation des caillots responsables d’accidents cardio-vasculaires, d'autre part, en permettant une meilleure oxygénation du cerveau, il ralentit le déclin cognitif et lutte contre la démence (source : National Center for Biotechnology Information).

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider